Accueil > Les actions du PRST 3 en Occitanie > Axe n° 2 : le travail facteur de santé > Objectif 4 : Améliorer la Qualité de vie au travail > QVT, de quoi parlons nous ?

Les actions du PRST 3 en Occitanie

QVT, de quoi parlons nous ?

Une journée de travail, ouverte aux membres du CROCT, organisée par les participants au groupe QVT du PRST 3 Occitanie*

Résumé : C’est quoi pour toi une bonne journée ? C’est quoi bien travailler ?  

 

La QVT, de quoi parle-t-on ? Un sujet récurrent qui fait réfléchir les chefs d’entreprise, les partenaires sociaux et nos institutions de prévention des risques professionnels : la QVT, bien-au-delà des questions de risques professionnels, telle qu’évoquée à l’occasion de cette journée de travail, renvoie à 3  catégories de thèmes principaux, selon les mots clés :

 

  1. Stratégie - Performance globale et durable –  les liens entre travail de qualité, satisfaction des clients et usagers, satisfaction des salariés et résultats positifs pour l’entreprise
  2. Santé-Prévention - les liens sont étroits entre démarche QVT et prévention des risques professionnels
  3. Bien-être-coopération-relationnel humain-Sociétal – La QVT permettant de tenir compte des enjeux pour chacune des parties prenantes dans et au-delà de l’entreprise

 

La matinée : témoignages de deux participants aux négociations de l’ANI de 2013, apports par un expert de l’Anact et échanges entre les participants.

 

Une matinée dynamique, riche en échanges, avec la contribution appréciée de Christiane BRAUD (représentante nationale de la CPME), Alain ALPHON LAYRE (représentant national de la CGT) et Julien PELLETIER (animateur des travaux sur la QVT à l’Anact).

 

Cette matinée permet de mettre en exergue quelques points de repères :

  • L’ANI place la question du travail (à ne pas confondre avec celle de l’emploi) et de son organisation, au cœur des démarches QVT que les partenaires sociaux proposent d’initier dans les entreprises.
  • Le lien est donc étroit entre qualité de vie au travail, qualité du travail, qualité de la production (d’un bien ou d’un service), santé des salariés et santé de l’entreprise. L’enjeu est alors de concilier l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et employeurs et la performance de l’entreprise, sa productivité. Le travail mérite un débat public ; c’est souvent l’emploi qui s’affiche et non le travail.
  • Une démarche QVT s’appuie utilement sur un dialogue social de qualité et favorise de bonnes relations sociales et professionnelles pour tous, quelque soit le secteur professionnel et la taille de l’entreprise.

 

 

 

Cette approche par le travail et son organisation est d’autant plus pertinente que les entreprises sont concernées par des évolutions sur différents registres : des changements techniques, technologiques et organisationnels à l’heure du numérique et de la robotisation, des changements dans leur environnement à l’heure de la mondialisation, des changements sociologiques avec une évolution des rapports au travail, …

 

Lors des échanges, différentes entrées ont été évoquées :

 

  • Une entrée par des considérations d’ordre sociétales ou des phénomènes d’évolution de la société civile, en notant notamment que :
    • 20 % des salariés ont plus d’une heure de trajet par jour
    • 23% de familles monoparentales
    • 80% d’activité féminine
    • 20% atteints d’une maladie chronique de type diabète etc…
    • 14% des actifs s’occupent d’un malade dépendant.
    • Vieillissement de la population
    • 55% des plus de 50 ans sont actifs 
    • une évolution du rapport à la parentalité, en particulier pour les jeunes papas

En rapport avec ces sujets, les participants se sont intéressé à diverses thématiques comme celle des choix organisationnels pouvant favoriser les équilibres entre temps professionnels et temps personnel, le vieillissement actif de la population salariés, la prévention des maladies chroniques évolutives, l’égalité professionnelle…

 

  • Une entrée par des évolutions du marché et le comportement des salariés
    • 34% des entreprises concernées chaque année par des restructurations,
    • 1 salarié sur deux connait des changements dans son entreprise tous les 2 ans,
    • 28 % indiquent leur absence de motivation ou d’engagement et aimeraient un arrêt-maladie sans être malades : désengagement très net.
    • 19 % indiquent qu’ils se contentent de faire du présentiel

On observe que le rythme des changements s’accélère et que dans le même temps le désengagement progresse. Une intervention souligne cependant que les pays scandinaves ont la palme du changement et que pourtant tout semble aller mieux chez eux, pour indiquer que cela dépend sans doute notamment de la manière dont les changements son menés.

 

Construire une méthode QVT, c’est co-construire ensemble les modalités du changement.

 

Un constat  issu de l’expérience : la plupart des accords collectifs n’ont que peu d’effets sur la stratégie du marché et les conditions de travail.

Pourtant, la démarche QVT vise à identifier les enjeux du travail en relation et en harmonie avec les enjeux sociétaux et du marché.

Il s’agit donc de faire se rencontrer les enjeux sociaux, les enjeux du marché les enjeux sociétaux. Les salariés doivent s’y retrouver, l’entreprise doit s’y retrouver, les autres parties prenantes aussi. La performance associe alors un volet qualité de la production (bien ou service), un volet performance sociale et un volet performance économique. C’est en creux, les limites des organisations et relations sociales  d’inspiration tayloriennes qui ont été discutées.

 

Il serait donc salutaire de penser le travail autrement. Quelques pistes de réflexion ont été évoquées pour favoriser le passage à l’action sur le sujet :

 

  • (a) Rentrer par la question du travail et du projet de l’entreprise, de l’employeur, des salariés
  • (b) Cela doit faire l’objet d’une mise en discussion
  • (c) Les interlocuteurs sont bien sur les habituels participants aux discussions sur les questions sociales (IRP au sens large : CHSCT + CE + DP ; professionnels des RH) mais aussi d’autres acteurs de l’entreprise comme les  responsables qualité, les responsables de la production, les responsables des fonctions financières, des achats, de la vente et du Marketing : tous sont concernés par la QVT et ses effets attendus
  • (d) Il faut oser innover, expérimenter, évaluer les résultats pour ajuster et agir
  • (e) Les TPE-PME doivent retenir notre attention : sensibilisation-communication
  • (f) Cela justifie de réfléchir à un dispositif d’accompagnement : offre de service orientée vers les TPE-PME

 

Forts de ces éléments, l’après midi a été consacrée à la question des actions à envisager, avec un travail en 3 sous-groupes :

 

  1. Comment mettre en place un travail de sensibilisation à la QVT, en particulier en direction des TPE PME (présentation SST)
  2. QVT et prévention des Risques Psychosociaux, les RPS étant une conséquence d’une QVT dégradée (présentation Carsat et SSR : Service de Soins en Santé et Rééducation)
  3. Organisation et conception des espaces et organisations de travail pour agir sur le champ de la prévention primaire (présentation Aract Occitanie)

 

  • L’occasion d’illustrer de manière concrète par ces trois angles de vision que la QVT est l’affaire de tous, quelle nécessite l’implication et l’engagement de la direction, et la vision du dirigeant et de l’ensemble des parties prenantes
  • Que la démarche doit être à la fois paritaire, participative et pluridisciplinaire : que la  méthode  soit portée par expert externe ou un  référent interne : le cahier des charges et les objectifs attendus doivent être clairs et partagés par un Comité de pilotage fédérateur en interaction maîtrisée avec l’ensemble des acteurs concertés dont les IRP (Institutions Représentatives du Personnel).
  • Et que la démarche doit s’appuyer sur l’écoute, la confiance, et la volonté  d’amélioration en appui sur des expérimentations dont les résultats sont évalués pour décider des suites à envisager.

 

 

Au total : une journée qui a permis au groupe de travail QVT de conforter ses premières orientations et postures relatives au sujet qui se traduira en 2018 par un programme d’actions de déploiement auprès de tous les acteurs socio-économiques de la Région Occitanie jusqu’en 2020.

 

 

* Aract Occitanie, Partenaires sociaux, Direccte, Carsat MP et Carsat LR, MSA, 3 SST, Cinov

AXE 2 > OBJECTIF 4

Pour en savoir plus sur cette action

Frédéric DUMALIN,
Directeur Aract Occitanie

06 71 32 67 53

f.dumalin@anact.fr

Aract Occitanie

Site de Toulouse : 25 rue Roquelaine 31000 Toulouse
Site de Montpellier : 1350 Av. Albert Einstein - 34000 Montpellier

www.occitanie.aract.fr

occitanie@anact.fr


© PRST Occitanie 2016-2020 / Plan du site - Lettre d'information - Espace presse - Nous contacter - Mentions légales